La recette miracle pour gérer votre temps

Ré-inventez votre travail, connaissez-vous le job-crafting ?
16 janvier 2018
Gestion du temps : Identifiez vos propres démons !
18 mai 2018
Afficher tout

La recette miracle pour gérer votre temps

 

Tenaillés entre les injonctions de votre direction, les besoins de vos clients, les multiples sollicitations internes, le flot de mails et les réunions qui s’enchaînent, vous vous demandez comment trouver du temps pour vos collaborateurs et rêvez peut-être de trouver une recette miracle.

Imaginez-vous quelques minutes dans la peau de David…

Début janvier 2018, lors de son entretien de clôture de coaching, David, manager d’équipe dans une entreprise d’équipement des entreprises, expose sa satisfaction :

  • Il a réévalué ses priorités et se sent maintenant plus au clair et plus serein pour gérer les situations du quotidien. Concrètement, il a enlevé la cloche et la fenêtre pop-up de sa boite mail et s’est habitué à travailler sans consulter ses mails pendant plus d’une heure et même parfois une demi-journée.
  • Il rentre chez lui plus tôt le soir et profite davantage de sa famille en faisant une réelle coupure entre le travail et sa vie privée. Il ne répond qu’exceptionnellement au téléphone lorsqu’il s’agit d’un appel professionnel alors qu’il est rentré chez lui. Il n’emmène plus de travail à la maison, se sent plus reposé et le climat familial s’apaise.
  • Il a réussi à atteindre ses objectifs 2017 et a même élargit son périmètre d’activité tout en prenant de véritables périodes de congés durant lesquels il lâche le PC et le mobile.

Il expose ces réussites factuelles d’un air serein. Il est souriant.

Son responsable le regarde stupéfait : « Mais c’est incroyable ! Tu arrives à faire ça, rentrer plus tôt le soir et te sentir plus serein tout en atteignant tes objectifs. Comment tu fais ? »

David sait qu’Alain, son responsable, ne décroche jamais, qu’il est en permanence sur le fil de l’actualité, par monts et par vaux en Europe et Moyen-Orient. D’ailleurs, c’est pour cela qu’il ne le sollicite que très peu. En contrepartie lorsque David se manifeste, Alain lui répond en priorité. C’est un accord tacite entre eux. David reste humble et évasif pour ne pas faire trop culpabiliser son responsable d’être autant débordé. Il raconte le truc des mails auxquels il ne répond plus du tac au tac…

Pourtant, en trois mois et 6 séances d’accompagnement, David a fait une véritable révolution dans sa façon de travailler. Ca vous intéresse de savoir comment il a fait ?

Avant de répondre à cette question, je dois dire que le cas de David semblait plutôt désespéré : Un poste de responsable national qui l’oblige à être sur tous les fronts sur le terrain aux quatre coins de la France et au siège en région parisienne, des clients en direct exigeants qui lui demandent des interventions immédiates et une équipe qui s’est réduite, contraintes budgétaires obligent…

David est volontaire et engagé dans son entreprise. Il n’est pas carriériste mais il veut réussir. Pourtant, il s’aperçoit que la charge de travail s’accentue d’année en année, avec une pression de plus en plus forte. Il a déjà un burn-out à son actif et se dirige tout droit vers son deuxième. Il constate que pour la première fois depuis 15 ans qu’il est dans son entreprise, les mois d’été ont été aussi chargés que les autres et qu’il n’a plus aucun répit !

C’est son responsable qui lui propose un coaching. Il accepte. Mais au fond de lui, il est dubitatif : De toute façon, il faut bien faire le boulot ! » Et ce n’est pas un intervenant extérieur qui va le faire à sa place…

Vous vous demandez quelle recette miracle j’ai donnée à David pour son changement radical ? Je vous répondrai que j’ai fait ma part du contrat mais le plus important, et ce qui a fait basculer le scénario, provient de David lui-même.

Car les premières séances n’ont eu qu’un impact modeste sur sa situation. Puis il s’est passé quelque chose entre deux séances. Quelque chose qui a changé la posture de David. Parce qu’il a pris conscience qu’il ne supportait plus la situation qu’il vivait, que cela ne pouvait plus durer et que la seule personne qui pouvait faire que ça change, c’était lui-même. Alors David a fait un pas déterminant pour la résolution de son problème : il a décidé de prendre les choses en main !

Voilà l’essentiel. Pour paraphraser La Boétie dans son discours de la servitude volontaire : « Décidez de ne plus subir et vous serez libre ! » C’est une décision qui nécessite un certain courage, assumant à la fois de l’engagement au travail et un équilibre de vie bien dosé. Une alliance possible et positive.

Le reste de l’histoire découle de cette prise de conscience et de cette décision. Il a pris un peu de distance avec son travail opérationnel pour se consacrer davantage à la réflexion sur le travail en équipe avec ses collaborateurs. Il les a impliqués en leur demandant leurs idées d’amélioration. Il a lancé une réflexion avec eux sur la standardisation de documents pour ne pas réinventer la poudre à chaque fois. Il a mis en place un agenda partagé pour améliorer la coordination dans l’équipe, il a supprimé une réunion régulière inutile, il définit ses priorités et les traite… en priorité pendant que les urgences attendent. Et finalement, il a repris une activité à un autre service qui était débordé car cette nouvelle activité fait sens pour compléter ce que faisait déjà son équipe et pour la motiver encore davantage avec ce nouveau challenge.

Mais les solutions qu’il a mises en place ne sont adaptée qu’à son cas spécifique. Les solutions qui marchent dans votre contexte particulier seront sans doute différentes. Car il n’y a pas une recette miracle dans la gestion du temps. Ou plutôt, il ne faut pas chercher la recette miracle à l’extérieur de vous-même car elle est en vous : décidez de changer les choses, décidez de ne plus subir et les tyrans (e-mails, réunions, urgences et mode pompier) perdront leur emprise sur votre performance.

Le travail du coach, du consultant, du formateur, au-delà des aspects techniques de la gestion du temps si nous parlons de ce sujet, ne serait-il pas de vous aider à prendre conscience que vous avez le pouvoir de prendre cette décision ?